Le e-commerce n’a de cesse de grapiller des parts de marché au retail. Comment rivaliser ? En proposant une expérience client remarquable, en modifiant ainsi la définition même du point de vente et en en faisant un lieu d’émerveillement ou de services. Voici quelques exemples de points de vente qui sortent de l’ordinaire.

 

Consom’acteur

Pour se distinguer du commerce en ligne, de nombreux moyens sont à la disposition des retailers. Tout d’abord, et ce qui distingue particulièrement ces deux types de vente : l’accroissement du service. Nombre de consommateurs recherchent avant tout le contact humain, le conseil, le partage.

Brooklyn (New-York City) a été la première ville à expérimenter le supermarché par et pour le consommateur avec la Park Slope Food Coop. Le concept a d’ailleurs depuis traversé l’Atlantique pour s’implanter dans plusieurs grandes villes de France. Et il est révolutionnaire : un supermarché crée et tenu par ses clients et entièrement géré en interne puisque chacun donne 2h45 de son temps par mois pour l’encaissement, l’accueil, la mise en rayon, le nettoyage et l’administratif. De plus, les produits mis en rayon sont choisis par les membres : chacun est libre de proposer une marque et sa mise en rayon est votée de manière démocratique.

Chacun y trouve son compte : le membre de la coopérative, qui paye ses courses au prix coûtant (les marges sont quasi-nulles puisqu’il n’y a aucun salarié) et y trouve des produits pour la plupart locaux qu’il a choisi de proposer en magasin, et le producteur qui est rémunéré au prix juste. Un modèle à succès puisque la coopérative compte dans les 20 000 membres !

 

 

Nouvelles expériences d’achats

Certaines marques décident de proposer à leurs clients une véritable expérience de consommation qui donnent une bonne raison d’aller en magasin, au-delà du simple acte d’achat. Cela passe par exemple par l’organisation d’évenements, de concerts, d’expositions… A l’image d’Agnès B. qui a ouvert un concept store à Hong-Kong nommé Rue de Marseille, et proposant non seulement les vêtements de la marque, mais également une épicerie, une librairie, un espace vintage, un café, un fleuriste et un chocolatier ! Une manière de retranscrire l’Art de Vivre à la Française.

 

 

Egalement, certains pure players misent sur le point de vente physique pour lever les derniers freins à l’achat. Prenons l’exemple de Polette.com. La marque a ouvert un showroom présentant 2 500 paires de lunettes. Sa particularité ? Il ne dispose d’aucun stock. En effet, chez Polette, les visiteurs viennent essayer les lunettes, profiter des conseils d’opticiens, passer un test technique si besoin, puis commandent leur produit en ligne grâce à des tablettes. Egalement, les clients peuvent scanner le QR code sur l’étiquette de la monture choisie pour la commander en ligne et la recevoir directement chez lui sous 10 jours.

 

Ainsi, le digital ne doit pas obéir à une optique d’optimisation, mais de transformation. Il faut veiller à ce que l’expérience consommateur soit aussi fluide en magasin qu’en ligne. Une chose est certaine : le magasin de demain sera bien plus qu’un espace marchand.

 

Le Service Communication Laurea

Les nouveaux points de vente